Ce soir, j'étais un peu angoissée et énervée, je ne me sentais pas trop bien, alors, profitant que le papa de mon fiston soit là pour le garder (il s'endort tard en ce moment mon p'tit loup...), je me décide à prendre un bain pour me détendre.

Là le téléphone sonne. Il décroche. Dans ma petite tête de folle, s'enchaîne alors les raisonnements suivant: il est 22h, personne ne nous appelle d'habitude à cette heure ci, donc c'est une mauvaise nouvelle : ma grande sœur est morte. Pas moyen de relativiser quand c'est comme ça.
(sachant que j'ai 4 sœurs, je ne cherche même pas à comprendre pourquoi j'ai "choisi" elle et pas une autre...)
Ma folie commence à m'envahir: angoisse, grosse angoisse, mal être intense et trop profond, je me liquéfie (en même temps, ça tombe bien puisque je suis dans mon bain ).
Je n'entend pas la conversation puisque j'écoute de la musique, mais je comprend que l'appel est fini. Je demande qui c'était: "c'était une erreur".
Déjà que le fait de commencer à angoisser comme ça pour un coup de téléphone est débile, mais alors le pire, c'est qu'au lieu de savoir que j'ai angoissé pour rien me soulage, et ben ça ne m'a pas fait d'effet du tout. Quand je suis dans cet état là, rien ne peut plus m'atteindre, qu'on me dise : "toute ta famille est décédée d'une mort atroce" ou "j'ai une super nouvelle à t'annoncer!", ça change rien, plus rien ne m'atteint, je suis prise dans mes tourments, comme si mon cœur était tellement resserré sur lui même que plus rien ne peut y pénétrer.
Ce sentiment est très pénible, trop pénible, insupportable même. Le but principal, la seule chose qui compte devient alors: le stopper, par n'importe quel moyen, qu'il cesse.

J'étais dans ma salle de bain, seule, ça faisait un bout de temps que je ne l'avais pas retouché, mais j'ai pris ma lame qui est planquée dans le radiateur. Ca a été vite, 2 traits sur la cuisse, la douleur apparait, ça brule, ça saigne, ahh l'angoisse s'en va, mon cœur se libère, ça fait du bien...

Et maintenant, ben maintenant je me sens trop nulle, j'hésite entre le terme demeurée et désœuvrée, les 2 surement, en tout cas j'ai vraiment honte de tout ça...
Ca ne fera que 2 cicatrices de plus, les jambes en plus, ça cicatrise mal, ça fait moche... mais bon on n'est plus à 2 marques près...

_MISSING_YOU__by_evol1314Voilà comment un simple petit coup de téléphone anodin a changé mon petit moment à moi (je dois avoir à tout casser 1h par semaine) en crise de n'importe quoi.

Il faut vraiment que je trouve une solution pour que ça s'arrête, c'est vraiment trop dur de vivre avec une telle instabilité...

Voilà, ce n'est pas un post très gai ce soir, mais j'avais besoin d'en parler. J'ai honte, oui très honte de tout ça... Ca, ce n'est pas moi... C'est juste une manifestation de plus de mon monstre, mon monstre borderline...